En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.
La demande d'admission
 
La demande d’admission doit être adressée auprès de la Direction de l’établissement.
Elle sera examinée conjointement par le Médecin Coordonnateur et par l’Infirmière Référente,
après avis éventuel du médecin traitant.
L’admission est ensuite prononcée par le Directeur. 

Résidence de services près de Le Blanc

Les pièces constitutives du dossier
 
TÉLÉCHARGEZ NOS DEMANDES D'ADMISSIONS
 

Lors de votre admission, munissez-vous de :
1. Du contrat de séjour signé par le résident et/ou le représentant légal. En cas d’impossibilité pour le résident de signer, il est établi un Document Individuel de Prise en Charge (DIPC), 
2. Du règlement de fonctionnement approuvé par le résident et/ou le représentant légal,
3. La charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante,
4. Le formulaire qui permet au résident de désigner une personne de confiance pour l’accompagner dans ses démarches administratives, médicales et la mise en œuvre de ses droits,
5. La charte Bientraitance
6. Des pièces complémentaires suivantes :
→  Nom, adresse et N° de téléphone de la famille,
→  Livret de famille,
→  Carte d’identité
→  Attestation de l’assurance maladie,
→  Carte vitale
→  Attestation d’adhésion à une mutuelle ou/et caisse complémentaire,
→  Attestation d’assurance responsabilité civile,
→  Avis d’imposition ou de non-imposition,
→  Justificatifs des ressources (dossier APA, allocation logement, aides sociales),
→  Attestation de révision du téléviseur,
→  RIB / RIP 
→  La copie du mandat de protection judiciaire
→  Le nom du médecin traitant qui vous suivra dans notre EHPAD

Résidence Retraite à Le Blanc

Des repères complémentaires
 

Le référent familial

Il n’existe pas de définition juridique du référent familial.
 
Il est seulement notifié dans l’arrêté du 26 avril 1999 (modifié par l’arrêté du 13 aout 2004).
 
Les établissements doivent rechercher un référent familial en demandant à la personne accueillie ou de « valider » celui qui se présente.
Cette personne est celle qui sera l’interlocutrice avec l’établissement pour l’organisation de la vie quotidienne de la personne et pour être l’interlocutrice entre l’établissement et le reste de la famille.

La personne de confiance


La personne de confiance est une notion qui a été créée par l’article L.1111 du code de la santé publique, lui-même issu de la loi de 4 mars 2002.
Art. L. 1111-6 issu de la loi 2016-87 du 02 février 2016 : Toute personne majeure peut désigner une personne de confiance qui peut être un parent, un proche ou le médecin traitant. Cette désignation est faite par écrit et cosignée par la personne désignée. Elle est révisable et révocable à tout moment.
La personne de confiance peut :
·         vous accompagner dans vos démarches et vous assister lors de vos rendez-vous médicaux,
·         être consultée au cas où vous rencontrez des difficultés dans la connaissance et la compréhension de vos droits,
·         être consultée par les médecins pour rendre compte de vos volontés si vous n'êtes pas en mesure d'être vous-même consulté (en ce cas le médecin et l'équipe médicale consulte en priorité la personne de confiance).

Cela ne signifie pas que la personne de confiance se substitue au patient mais que les médecins se doivent de prendre son avis et de l’informer sur l’état de santé du patient avant tout acte et traitement.

La loi de l’adaptation de la société au vieillissement renforce le rôle de la personne de confiance en EHPAD.

Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs :

Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs (MJPM) est chargé d’exercer des mesures judiciaires (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle) visant à la protection de personne qui se trouve dans l’incapacité de pourvoir seule à ses intérêts en raison de l’altération de ses facultés mentales ou physiques.

Le mandat de protection future :

  • Toute personne ne faisant pas l’objet d’une mesure de protection peut établir un mandat de protection future, c’est-à-dire charger une ou plusieurs personnes de la représenter pour le cas où elle ne pourrait plus pourvoir seule à ses intérêts en raison d’une altération, médicalement constatée, soit de ses facultés mentales, soit de ses facultés corporelles de nature à empêcher l’expression de sa volonté
  • Les personnes assurant la protection juridique sont soit quelqu’un de la famille, soit une personne ou un service extérieur 

Les directives anticipées :

Art. L. 1111-11 issu de la loi 2016-87 du 02 février 2016 : Toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d'état d'exprimer sa volonté. Ces directives anticipées expriment la volonté de la personne relative à sa fin de vie en ce qui concerne les conditions de la poursuite, de la limitation, de l'arrêt ou du refus de traitement ou d'acte médicaux.

 À tout moment et par tout moyen, elles sont révisables et révocables.
Les directives anticipées s'imposent au médecin pour toute décision d'investigation, d'intervention ou de traitement, sauf en cas d'urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation et lorsque les directives anticipées apparaissent manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale.

Les directives anticipées sont conservées sur un registre national faisant l'objet d'un traitement automatisé dans le respect de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés.
Nous vous invitons cependant à informer votre médecin traitant et le médecin de l'établissement de l'existence de ces directives afin qu'elles soient bien prises en compte.

Pour toutes informations concernant les directives anticipées, vous pouvez vous adresser à votre médecin traitant ou bien au médecin coordonnateur, à l'infirmière référente ou à la psychologue de l'établissement.
 
ATTENTION
un membre de la famille qui n’est
pas mandataire judiciaire ne peut pas :

 
Signer le contrat de séjour Participer à l’élaboration du projet personnalisé Obtenir des informations médicales Consulter le dossier médical  Recevoir le courrier à la place de son parent si ce dernier n’a pas donné son autorisation